Un vrai progrès : « la biopsie liquide »

Depuis quelques années, de nouveaux médicaments sont développés pour traiter certains cancers : les thérapies ciblées. Comme l'indique leur nom, ces médicaments ciblent un défaut qui se situe au coeur même de quelques-unes de nos 100 000 milliards de cellules. Chacune de ces cellules suit un programme précis qui guide son fonctionnement. Ce programme  est écrit avec 23 000 mots qui sont en fait nos 23 000 gènes.

Ces mots ou plutôt ces gènes sont eux-mêmes écrits en utilisant quelques milliers de lettres parmi les 3 milliards qui constituent notre ADN*. Lorsqu'il y a une faute d'orthographe dans ces mots, ce que les scientifiques appellent « une mutation génétique », le programme de la cellule est modifié et celle-ci peut devenir cancéreuse.

En ciblant, grâce à de nouveaux médicaments, ces mutations géniques, il est possible d'éliminer les cellules cancéreuses qui ont une faute d'orthographe. Pour choisir la bonne thérapie ciblée, encore faut-il connaître la mutation génique qui est au coeur des cellules cancéreuses d’un patient. Pour cela,  il n'y avait jusqu'à présent qu'un seul moyen : avoir accès à ces cellules cancéreuses en faisant un prélèvement de tissus, autrement dit une biopsie tissulaire nécessitant une petite intervention chirurgicale.

Depuis quelques années, les médecins et les scientifiques rêvaient de pouvoir rechercher les mutations géniques, les fautes d'orthographe, non pas au niveau d'une biopsie tissulaire mais tout simplement au niveau du sang. En mars, des équipes de Montpellier, celles de Alain Thierry et de Marc Ychou, ont démontré avec des équipes de Clermont-Ferrand qu'il était effectivement possible de retrouver dans le sang circulant les mutations géniques présentes au cœur des cellules tumorales**. À partir d'une simple prise de sang, il est donc possible de déterminer les fautes d'orthographe des cellules tumorales pour décider de la thérapie ciblée la plus efficace pour éliminer les cellules fautives. Ainsi, la prise de sang peut remplacer la biopsie tissulaire pour devenir ce que les médecins appellent désormais « une biopsie liquide ».  

J im Dowdalls / Science Source

Figure 1 : Chacune de nos cellules a en son cœur (son noyau) l’ADN, ici représenté en hélice jaune, qui lui permet d'écrire les mots (les gènes) nécessaires à son fonctionnement

 

Figure 2 : A partir d'une simple prise de sang, il est possible d’avoir accès à l’ADN des cellules tumorales sans faire de biopsie tissulaire. On réalise ainsi une « biopsie liquide » qui permet de déterminer les éventuelles fautes d’orthographe présentes au niveau de l'ADN des cellules tumorales et choisir les thérapies ciblées qui vont éliminer les cellules fautives.

Il s'agit là d'un vrai progrès en biologie qui va faciliter l'utilisation des thérapies ciblées et ce sont des équipes françaises qui ont réalisé cette belle avancée. Bravo et merci aux membres de ces équipes.

Dominique Bellet

 * L'alphabet utilisé par l’ADN ne comporte que quatre lettres, A, T, G, C alors que le nôtre en comporte 26. C’est la succession très variée de ces quatre lettres qui finira par constituer 23 000 gènes, ces 23 000 mots qui dictent le fonctionnement d'une cellule.
 ** Alain R Thierry et collaborateurs

Clinical validation of the detection of KRAS and BRAF mutations from circulating tumor DNA, Nature Medicine, Mars 2014 

S'abonner à Arcs - Association de recherche contre le cancer de Saint-Cloud RSS
  • Une grande majorité des études faites sur les cancers se font sur des cellules tumorales qui sont mises à plat pour constituer un « tapis cellulaire ». Ces modèles expérimentaux sont dits « en deux dimensions...
  •  
    Lorsque les années passent et s’accumulent, nous sommes nombreux à nous interroger sur le sens donné à sa vie.
    A cette question simple et profonde, il faut une réponse tout aussi simple et chacun aura la sienne.Une de celles-ci...
  • L'ARCS a pour principal objectif d'aider les équipes de l'hôpital René Huguenin à réaliser une recherche innovante susceptible d'aboutir à des avancées concrètes pour le diagnostic, la surveillance ou le traitement de cancers....
  • TEP Mammographe, projet présenté par le Dr Jean-Louis ALBERINI, Médecine nucléaire, Hôpital Huguenin
    Etat des lieux – problématique
    La mammographie est l’examen d’imagerie de référence pour le dépistage des cancers...

Juin 2016

l m m j v s d
30
31
1
2
3
4
5
 
 
 
 
 
 
 
6
7
8
9
10
11
12
 
 
 
 
 
 
 
13
14
15
16
17
18
19
 
 
 
 
 
 
 
20
21
22
23
24
25
26
 
 
 
 
 
 
 
27
28
29
30
1
2
3
 
 
 
 
 
 
 
 

Le Saviez-vous ?

L'ARCS a pour principal objectif d'aider les équipes de l'hôpital René Huguenin à réaliser une recherche innovante susceptible d'aboutir à des avancées concrêtes pour le diagnostic, la surveillance ou le traitement de cancers.Les savoirs scientifiques et les pratiques professionnelles évoluent sans cesse. L'association soutient les médecins, les chercheurs et les professionnels de santé dans leurs actions de formation continue. Ce site vous apporte une documentation simple sur les cancers et vous renseigne sur les moyens de prévenir, dépister, diagnostiquer et traiter les cancers. Pour en savoir plus, téléchargez notre plaquette de présentation, cliquez ici.

Arcs Saint Cloud

Ce site a été actualisé le : Mardi 10 Décembre 2013
Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Site certifié en partenariat avec la Haute Autorité de Santé (HAS).

Vérifiez ici